La famille Nelson a relancé la production de café sur son domaine de Vieux-Habitants.  En combinant agriculture et tourisme, Vanibel valorise le passé pour mieux répondre aux défis du présent.

Le domaine de Vanibel est une ancienne bonifierie, comment est-il arrivé en votre possession?
Mes  parents ont acheté le Domaine de Vanibel en 1974 sur leurs fonds propres. Le rêve de mon père était d’avoir un bout de terrain et d’en faire son revenu. C’était une vocation familiale de devenir agriculteur.
Quelles sont les particularités du café que vous y produisez? Comment l’avez-vous sélectionné?
La situation géographique du site (400 mètres d’altitude, sol volcanique) permet de cultiver un café de niche. L’espèce cultivée est un Arabica variété Bourbon. Nous avons relancé les souches existantes depuis une centaine d’années, dans l’optique de la conservation du patrimoine agricole guadeloupéen. Depuis les premières plantations, nous n’avons jamais utilisé de traitement phytosanitaire. Néanmoins, nous utilisons des désherbants non biologiques qui font que notre culture n’est pas agréée “AB”. On peut parler de culture raisonnée.

 

“Vanibel a toujours associé sa clientèle touristique avec ses activités agricoles”

Votre activité agricole est associée à une activité touristique: visite du domaine, dégustation… Est-ce un impératif aujourd’hui pour les petits producteurs de s’ouvrir à des activités complémentaires?
A l’instar de la Plantation Grand Café, nous effectuons des visites guidées sur le Domaine, qui se déroulent exclusivement les après-midi. Notre métier est avant tout celui d’être agriculteur. Il est vrai qu’aujourd’hui, la visite du site prend une dimension importante, mais elle restera une activité secondaire. Elle nous permet aussi d’éviter les intermédiaires, puisque la vente commerciale peut s’effectuer sur place. Je ne pense pas que cela soit un impératif, Vanibel a toujours associé sa clientèle touristique avec ses activités agricoles (gîte rural…) Le café Vanibel a aussi acquis sa notoriété par ses visites sur site.
Appartement Vanibel
Le café Vanibel est-il uniquement vendu sur place? Par quels moyens le faîtes-vous connaître?
Sur place, mais aussi par correspondance et dans les épiceries fines locales (Citronnelle, Le Lokal…) Nous participons à la grande foire agricole “Jou a tradysion” et nous avons été à maintes reprises au Salon de l’Agriculture (le dernier en date en 2014).

Le territoire de Vieux Habitants est quelque peu isolé et méconnu des visiteurs… Etes-vous associés à d’autres exploitants, des collectivités, ou bien des gîtes pour le promouvoir?
Nous torréfions le café de la Grivelière. Il nous arrive de proposer des gîtes sur la commune si nous sommes complets. Je suis Président de l’association Guadeloupe Autrement, et nous travaillons en réseau avec les autres prestataires touristiques (activités de pleine nature, activités marines, hébergements, sites aménagés) et bientôt avec des artisans liés à l’agriculture ou à l’artisanat.
100_0093 bis
Comment définiriez-vous votre rôle, vos ambitions au sein de la société, de l’économie locales?
Vanibel est une structure familiale à dimension humaine, c’est la volonté de démontrer que la cellule familiale a sa place dans l’économie guadeloupéenne, et de conserver nos cultures patrimoniales. Nous souhaitons être une alternative ou un complément aux cultures dites d’atomicité (banane, canne).

VANIBEL
Contact: vanibel@orange.fr

 

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.