Sportif depuis son plus jeune âge à travers le football, la boxe française ou le VTT, c’est dans le surf qu’il s’investit réellement jusqu’à l’age de 18 ans lors de sa rencontre avec le Yoseikan Budo. Explication d’une détermination.

Comment as- tu découvert le Yosekan Budo? Et qu’est-ce qui t’a plu dans cette discipline?
J‘ai découvert le YOSEIKAN BUDO grâce à un ami qui en faisait. Il en vantait les mérites et avait toujours des anecdotes palpitantes. Mais je m’y suis vraiment lancé après m’être fait tapé dessus par plusieurs mecs qui m’avaient volé mon scoot!!! Donc ça a d’abord été une motivation externe. Mais c’est très vite passé. Par la suite, ce qui m’a plu, c’est la recherche de techniques, l’utilisation de toutes les parties du corps, le dépassement de soi dans l’adversité directe avec l’opposant. Mais surtout l’aspect spirituel et philosophique des arts martiaux. Le respect de soi et d’autrui que les arts martiaux véhiculent. C’est une discipline qui m’a également énormément apporté pour mes études, notamment la facilité d’apprendre plusieurs choses à la fois, de synthétiser et de trouver une base commune à toute chose.

Tu as obtenu des titres (dont celui de champion d’Europe), mais tu as également su t’investir dans un cursus scolaire pour être aujourd’hui préparateur physique.
D’une part, mes études et ma passion allaient de pair, L’une enrichissait l’autre et inversement. D’autre part, j’étais tellement passionné par le sport et les sciences que je ne voyais pas ce que je pouvais faire d’autre que des Etudes en STAPS (Sciences et techniques des Activités Physiques et Sportives). J’étais constamment à la recherche de performance mais je voulais savoir comment et pourquoi. Je voulais entreprendre de grandes études et non m’insérer dans le monde du travail afin de pouvoir continuer à m’entrainer et à apprendre. Mais surtout je préparais mon avenir, je savais que ma carrière allait bien s’arrêter un jour, et venant d’une famille en difficulté, si je voulais pouvoir vivre ma passion il fallait bien que je devienne un professionnel du sport.

 

“Nous sommes dans une perpétuelle recherche d’harmonisation des facteurs de performances”

 

 

Tu es retourné aux championnats de France cette année. Comment est-ce que ça s’est passé ?
Je me suis fais éclater !!! hahahhaa! Après 4 ans sans entraînement, on s’est tous remotivés ici avec les acteurs du Yoseikan Budo guadeloupéen, mais manque d’entraînement et de niaque, je suis tombé sur un dur qui savait que j’étais l’ancien champion de France et il m’a cassé la tête. Mais je ne suis pas rancunier, il me faut parfois des échecs pour mieux savourer mes victoires et me mettre des objectifs. Je compte y retourner l’an prochain avec une plus grosse équipe guadeloupéenne comme nous le faisions auparavant, mais cette fois-ci pour gagner. Je me laisse une année entière d’entraînement.

1796688_10202968410186800_1726009835_n
Tu travailles notamment avec Léo-Paul Etienne (le champion du monde de surf cadet) et  Kim Veteau (vice championne du monde de surf junior). En quoi est-ce que cela consiste? Tu les suis sur les compétitions?
Oui je travaille avec Léo et Kim depuis 2 ans maintenant, j’ai repris la préparation physique du Pôle Espoir Guadeloupéen de Surf l’an dernier, ça se passe très bien. Nous les entraînons avec Fabien Sibille qui est l’entraîneur technique avec qui nous faisons une bonne équipe. Et les résultats parlent d’eux-mêmes. Nous les entraînons tous les jours sur les différents spots de Guadeloupe en alternant travail technique et travail physique adapté durant toute l’année. Durant l’été les jeunes partent en Europe participer à des compétitions internationales (Pro Junior, GromSearch, etc.) et nous les rejoignons lors des championnats de France de Surf à la Toussaint.

 

Tu es préparateur physique, quelle place a la psychologie dans ton travail?
La psychologie a une part identique voire plus importante dans la préparation des jeunes. Nous sommes des éducateurs sportifs et notre métier porte bien son nom. Nous sommes dans une perpétuelle recherche d’harmonisation des facteurs de performances: la technique, le physique et le psychologique.  Mon métier et mon expérience m’ont appris que la technique et le physique ne sont rien sans le mental. D’autant plus qu’ils sont jeunes, qu’ils subissent des pressions venant de toute part (parents, entraîneurs, athlètes, sponsors, médias etc).

Avec l’explosion des «workout» prendre soin de son corps dans la performance est devenu courant. Quels sont les atouts supplémentaires de tes compétences face à un tel phénomène?
Je pense que je suis un précurseur de ce genre de concept dans le sens où je n’ai jamais été attiré par le fitness et le sport que l’on peut généralement trouver en salle de sport «classique». j’ai toujours pratiqué le sport pour la performance physique et mentale et non exclusivement pour le culte du corps. De plus passer des heures enfermé dans une salle ne fait pas partie de ma philosophie. J’ai la chance d’avoir touché à beaucoup de sport en compétition (arts martiaux, Surf, haltérophilie, marathon, VTT) et d’avoir une imagination débordante en matière d’exercices pour pouvoir utiliser différentes méthodes et de savoir les combiner pour en créer d’autres.

IMG_0099
Quel regard portes-tu sur le M.M.A.?
J’aime ça! Forcément j’aime les sports extrêmes, j’aime les arts martiaux. J’admire les mecs qui s’affrontent, ils ont un mental hors du commun, ils doivent endurer des années d’entraînement intensif, ce sont les guerriers des temps modernes. Les gens sont souvent choqués par cette discipline mais tout simplement parce qu’ils n’y connaissent rien. Chacun son domaine ! Les gens seraient surpris des valeurs que ce sport peut apporter à notre société moderne. C’est ce qui a pu arriver de mieux pour le monde des arts martiaux, toutes les disciplines se tiraient la bourre pour savoir quelle était la meilleure, et le MMA a remis les pendules à l’heure et montre à tout le monde qu’une discipline n’est pas maître mais que c’est la façon dont on l’utilise qui compte. Maintenant beaucoup de disciplines martiales tendent vers le MMA, ça incite les pratiquants à travailler toutes les facettes du combat et ça fait monter le niveau.

Quels sont tes objectifs aujourd’hui ?
Mon idéal serai de suivre des sportifs de haut niveau durant toute l’année autour du monde mais les sponsors ne le permettent plus aujourd’hui. Sinon je cherche toujours à me perfectionner dans mon métier, j’aime ce que je fais et je veux être le meilleur comme tout compétiteur qui se respecte. Je suis à la recherche d’une structure pour développer le sport autrement ici en Guadeloupe. Je souhaite vivre de mon métier et continuer à m’entrainer et faire de la compétition de temps en temps.

Excelinsport@live.fr
Tel : 06.90.497.770

Facebook Officiel: Excel’In Sport
Fiche technique :
29 ans
Coach sportif préparateur physique
Ingénieur en entrainement sportif
Diplôme universitaire de préparation physique
Professeur d’Arts Martiaux diplômé d’Etat
2ème Dan de Yoseikan Budo
Champion d’Europe de Yoseikan Budo
4è mondial en 2007

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.