Ali Ramdani, alias Lilou, a apposé sa griffe à l’histoire du Breakdance. Passé maître dans l’art des battles, il a remporté par deux fois les championnats du monde.  Un Bboy charismatique qui a trouvé dans la danse le moyen de s’affranchir.

Comment as-tu découvert la danse?
C’était à la télévision, dans un vidéo clip, également en voyant des danseurs de ma ville. Mon grand frère m’a appris à faire le “moonwalk” et depuis, je n’ai jamais arrêté.

Tu as longtemps pratiqué le Kung-Fu, (par ailleurs d’autres dans le Hip-Hop ont utilisé l’univers des arts martiaux: Wu- tang, IAM…), quels sont les liens que tu as pu constater? De ton côté, qu’est-ce que cette pratique t’a apporté?
L’art martial est un état d’esprit. Derrière les mouvements de combat, il y a beaucoup de respect, de soi-même, de son corps ainsi que de l’adversaire. La façon de s’entraîner et la compétition m’ont beaucoup influencé.

 

“… à force de tomber je suis devenu un maître en chute! Apprendre à tomber est très important aussi.”

 

Tu as grandi dans le 69, à Vaulx-en-Velin, y vis-tu encore aujourd’hui? Quelle trace as-tu laissé dans cette ville?
Oui, je vis toujours à Vaulx-en-Velin, ma famille et mes amis aussi. Cette année, j’y ai organisé le premier Battle International, le premier d’une longue série j’espère.

Tu as beaucoup voyagé aussi bien pour des compétitions que des tournées, quel impact cela a-t-il eu sur ta façon de danser?  
Je m’inspire beaucoup des cultures que je rencontre. Le Hip Hop ne cesse de se développer et ma vision des choses évolue au fil de mes voyages. Cela ouvre l’esprit.

Lilou - Pokemon - Redbull

Le Breakdance est une danse très spectaculaire et populaire, lorsque tu prépares tes chorégraphies, prends-tu en compte cet effet que tu vas déclencher sur le public?
A vrai dire, je ne tiens pas trop compte du public quand je m’entraîne, mais lorsque je suis sur scène, le public fait partie du décor donc il ne faut pas le négliger. Si tu l’atteins, cela crée une énergie positive et tu te sens plus à l’aise s’il te pousse. C’est instinctif pour moi, je fais toujours rire mes amis et
les gens qui m’entourent, alors dès qu’il y a un public et que je danse, je n’ai pas à mentir, juste à rester moi-même et les choses se font.

Quelles sont les techniques que tu maîtrises aujourd’hui et que tu ne pensais pas pouvoir réaliser? Combien de temps te faut-il pour en maîtriser une parfaitement?   
Pour maitriser certains mouvements ou enchaînements, cela demande beaucoup de temps et parfois même des années d’entraînement. Je maîtrise pas mal les clefs, et à force de chuter je suis devenu un maître en chute! (rires) Apprendre à tomber est très important aussi.

 

“Danser me permet de vivre de ma passion et surtout de rester moi-même, car je n’ai pas à plaire à un patron…”

 

Le “battle” est ton terrain de prédilection, il fait aussi appel en quelque sorte à des talents d’acteur, cela reste-t-il un jeu ou la rivalité est-elle parfois plus forte?  
C’est un jeu, j’adore le “battle” et être sur scène avec un ou des adversaires. Mais il faut avouer que des fois, cela peut aller plus loin, nous sommes des humains avec des émotions, il peut donc arriver que la rivalité et l’animosité prennent le dessus.

Quelles sont tes références cinématographiques en danse? 
BreakStreet 84. Un de mes grands cousins m’avait donné la vidéo lorsque j’étais petit, c’était l’époque du Smurf. D’ailleurs j’ai commencé par ça.

 
On t’a vu danser dans des films ou des clips comme récemment celui de Kenza Farah, pourquoi cette collaboration?
On me propose un contrat, si celui-ci me convient et qu’il est en règle, je réponds à l’appel. Je n’aime pas faire les choses à contrecœur,  si quelque chose ne me convient pas, je refuse. Avec Kenza Farah, on s’entend bien et elle m’a demandé de chorégraphier son clip.

Lilou poses for a portrait in Johor Bahru, Malaysia in preparation for the Red Bull BC One National Finals in Kuala Lumpur, Malaysia on June 4th, 2015

Tu portes souvent des tee-shirts “I’m Muslim don’t panik”, est-ce ta propre marque? Pourquoi ce message?
C’est le Collectif de Médine (Din Record) qui ont créé la marque LSA (le savoir est une arme), dont ce tee-shirt en est un modèle. Le message est fort et en 2007, j’ai commencé à le porter, depuis je suis en collaboration avec eux, nous nous sommes rapprochés.

Quel est ton rapport avec Redbull? Un contrat? Sous quelle forme?
Un contrat annuel depuis cinq ans maintenant. Ils m’accompagnent sur mes projets et je représente la compétition BC ONE qui regroupe les meilleurs danseurs mondiaux. J’aime le dynamisme de cette société et l’image qu’elle véhicule à travers les événements et les athlètes qu’elle sponsorise.

Qu’est-ce qui repousse le plus tes limites, le battle avec les autres ou celui avec toi-même?
Ce sont deux sensations différentes. En groupe, tu es avec tes amis sur scène mais en solo, c’est toi seul. Alors forcément, je dois dépasser mes limites pour arriver à mon but.

Quelle est la figure qui te caractérise le mieux?  
Mes lunettes! (rires)

Lilou 4
Quels sont tes projets personnels liés ou non à la danse?  
Une Web série, Street off, que je réalise presque de A à Z. Et l’organisation du prochain battle de Vaulx-en-Velin.

Qu’est-ce que danser t’apporte?  
Cela me permet de voyager et d’agrandir ma vision du monde. Danser me permet de vivre de ma passion et surtout de rester moi-même, car je n’ai pas à plaire à un patron ou autre.

As-tu un modèle de danseur?  
Non, pas vraiment, mais un danseur qui peut s’adapter à diverses couleurs musicales et faire preuve d’un grand respect, alors ce danseur-là a du mérite.

Quel est ton meilleur souvenir de danseur?   
Il y en a beaucoup, mais les sourires et les rêves que cela m’apporte lorsque je rencontre les gens à travers le monde, les voir heureux de danser, les visages remplis de bonheur, cela me motive encore plus.

La danse est-elle l’école de la rigueur? 
La vie elle-même est rigueur. Mais il est clair que la danse en demande beaucoup pour arriver à en vivre. Et même avec, tout le monde ne peut y parvenir.

LILOU
Facebook: Bboy Lilou Officiel

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.