Mis en lumière par le film Rize en 2005, le Krump, sorti des ghettos de Los Angeles,  puise son énérgie dans des racines africaines tout en s’apparentant au Hip Hop dans sa forme spontanée. Un langage multiethnique que Grichka a adopté et qu’il porte, en solo ou accompagné de sa famille de krumpers.

Comment as-tu découvert la danse?
J’ai découvert la danse par le biais de ma mère qui enseigne dans sa propre école de danse depuis plus de 30 ans maintenant. Je baigne donc dans ce milieu depuis mon plus jeune âge.

Quelles sont celles que tu as pratiquées?
J’ai pratiqué la danse classique, jazz, contemporaine et afro;  puis à l’âge de 11ans j’ai découvert la danse hip hop. C’est le break qui m’a parlé avant tout puis les autres styles de danses debout, pop, lock, house et “new style”. En 2005 j’ai découvert le Krump qui s’est avéré être ma danse de cœur, celle où je me suis le plus retrouvé et découvert.

Comment as-tu découvert le Krump?
J’ai découvert le krump par le film Rize de David Lachapelle en 2005.  Puis j’ai rencontré un des “krumpking”, à l’époque en Allemagne, j’ai pu en apprendre plus sur la danse, l’histoire et le style de vie krump grâce aux DVD How to krump qui étaient alors en vente. Début 2006, je suis parti directement à la source à Los Angeles pour découvrir le mouvement de l’intérieur.

 

“Le Krump est un art de rue métissé… mais surtout un esprit qui se rapproche de certaines danses traditionnelles…”

 

Que signifie Krump?
K.r.u.m.p signifie Kingdom Radically Uplifted Mighty Praise, ce que l’on peut traduire par l’élévation du royaume par le puissant éloge. En gros, il y a une recherche spirituelle dans cette danse, un réel travail sur soi pour découvrir ses forces et faiblesses physiques et mentales. On danse avant tout avec son histoire et des intentions plus qu’avec de simples mouvements.  Il y a un vrai combat pour repousser ses limites. C’est un langage à part entière  avec une vraie connexion du corps et de l’esprit. J’appelle cela de la “danse martiale”. Avant tout, le Krump véhicule des valeurs comme le respect, la famille, l’entraide, le travail, le dépassement de soi…

479758_198979753571093_174122585_n
Sur quel type de musique se danse-t-il?
Le Krump a son propre univers musical mais qui est comme la danse en elle-même, le résultat d’un métissage. En France, nous avons des beatmakers krump très reconnus dans le milieu comme Big Rulez, Morf Muzik, Kid Ny, No Script.

En quoi le Krump se distingue-t-il des autres courants artistiques en danse? Comporte-t-il un message qui lui est propre?
Le Krump ne se distingue pas de l’état brut de la danse qui est l’expression d’une émotion, la recherche spirituelle par le travail du corps, mais il remet au goût du jour l’intention avant le mouvement. Le krump est un art de rue métissé par de nombreuses techniques de danse mais surtout un esprit qui se rapproche de certaines danses traditionnelles africaines. Son message est universel, car c’est le langage et la sensibilité du corps qui parlent.

 

“L’enseignement est un moyen de transmettre des valeurs et d’aider les gens à trouver leur chemin.”

 

Le Krump a été très médiatisé par le film de David Lachapelle et même au départ avec Chris Brown (que l’on a pu voir dans Steppin’), mais il reste aujourd’hui très confidentiel. Comment l’expliques-tu?
Rize en effet est le film qui a fait découvrir pour beaucoup d’entre nous cette danse. Et après cela, il est vrai que certains artistes ont donné une visibilité au Krump. Cependant, le noyau dur du mouvement n’a cessé d’exister, de s’étoffer et de s’améliorer et depuis bientôt dix ans, il existe des rencontres internationales et d’autres à des échelles plus ou moins grandes. Il y a par exemple l’International Illest Battle organisé par ma “fam” Madrootz à La Villette depuis trois ans déjà, regroupant toutes les nations ainsi que les deux fondateurs du mouvement Tight Eyez et Big Mijo. Les  sessions, battles et évènements 100% Krump existent depuis 2006 mais nous ne bénéficions pas de la médiatisation que peut avoir la danse Hip Hop, ce qui est normal, le mouvement étant beaucoup plus jeune. Certaines personnes n’ont commencé à s’ouvrir à cette danse seulement au moment où nous sommes venus affronter des danseurs Hip Hop. Je conseille aux personnes qui s’intéressent au Krump de venir découvrir cette danse avec son authenticité dans son propre univers pour mieux la comprendre.
11312806_625885824213815_8989069395459065834_o
Pour un public non initié, la battle -et encore plus dans le Krump- peut paraître violente. Qu’en penses-tu?
La première fois que j’ai vu du Krump, je n’ai pas trouvé cela violent mais énergique, brut et expressif. Cependant, certaines personnes y voient quelque chose de violent. D’autres vont  plus ressentir le lâcher prise et l’intimité du krumper. Cela dépend de chacun.

Fais-tu partie d’un crew? Lequel?
Je fais partie avant tout de mon groupe R.A.F crew qui est plus orienté Hip Hop, sa spécificité étant la pluralité des styles. Je fais aussi partie de Madrootz qui rassemble un très grand nombre de pionniers du mouvement français mais aussi allemand, tchèque, sénégalais, russe et américain. Les deux fondateurs en font d’ailleurs partie.

Quels titres as-tu décroché en solo et avec ton crew?
En compétition Krump, j’ai remporté deux fois le championnat mondial EBS en solo et deux fois en équipe. Il y a beaucoup de compétitions mais les principaux battles sont des “calls out” qui sont des un contre un pour la plupart et s’effectuent le plus souvent dans les “streets sessions” sans organisation préalable. C’est beaucoup plus direct. J’ai remporté d’autres titres internationaux comme le concours chorégraphique “Hip Hop international” avec R.A.F en 2009 à Las Vegas où nous avons été sacrés champions du monde,  ainsi que de nombreux battles.

Comment gères-tu ta carrière de danseur, te prépares-tu à l’avenir?
Depuis 2004, j’ai travaillé dans des comédies musicales, des compagnies contemporaines, afro, Hip Hop mais aussi sur des plateaux télévisés. J’enseigne la danse Hip Hop à l’échelle internationale depuis dix ans et le Krump depuis un peu moins longtemps. Je suis aussi juge dans beaucoup d’événements. Mais ce sont les rapports humains qui déterminent “une carrière” de danseur.
10645152_515067505295648_172448648829116440_n
Qu’est-ce que danser t’apporte? Que cherches-tu à transmettre en l’enseignant?
La danse m’apporte un moyen de communication et d’expression différents des mots. Ayant grandi dans ce milieu, ce n’est pas quelque chose à laquelle je réfléchis, cela fait partie de moi. L’enseignement est un moyen de transmettre des valeurs et d’aider les gens à trouver leur chemin. Et spécialement avec le Krump, je cherche vraiment à les faire réfléchir sur eux-mêmes et la vie en général. C’est également une belle façon d’échanger, parfois on ne parle pas la même langue mais on se comprend quand même par la danse.

As-tu un modèle de danseur?
Mes inspirations principales sont les gens de mes crews qui sont des frères et soeurs de cœur avant tout. Ainsi que ma grande sœur Tatiana Seguin. J’ai eu beaucoup de “maitres” dans tous les styles que j’ai pratiqués donc j’ai un profond respect pour eux tous. Mais Tight Eyez est à mon avis le danseur qui a eu le plus d’influence sur ma danse et ma spiritualité. Je suis très heureux de le connaitre et de faire partie de sa “fam” (en Krump,  il y a des familles et non un maître avec ses disciples).

1979671_429036673898732_451971512880771739_n
Quel est ton meilleur souvenir de danseur?
Chaque moment de danse est vécu comme quelque chose d’unique donc tous sont un souvenir. A Las Vegas en 2009, c’était très fort, la première fois que Tight Eyez m’a défié en 2008, les sessions à Los Angeles aussi.

Tes références cinématographiques en danse?
Je dirais West Side Story, Rize, et surtout les clips vidéos comme ceux de Michael Jackson.

La danse est-elle l’école de la rigueur?
La danse est une école de la vie elle-même. Donc avec de la rigueur bien évidemment.

Tes prochains défis?
Je suis sur la préparation du “Rebel heart tour” avec Madonna, c’est une grosse expérience avec l’une des plus grandes artistes au monde. Il y a toujours l’International Illest Battle 100% Krump qui est un défi annuel; d’autant plus que cette année il y aura des qualifications à l’étranger en amont. Les intéressés pourront visiter le site www.madrootz.com pour plus de renseignements. Et puis la création artistique toujours que ce soit avec R.A.F, Madrootz ou même la compagnie Makiato dirigée par ma sœur. Mon désir serait de rassembler tous ces excellents danseurs sur un seul et même spectacle, afin de faire découvrir au monde une écriture et richesse artistique contemporaine destinées au grand public comme aux initiés.

GRICHKA
Facebook:  Grichka R.A.F. NY Madroots

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.