La gastronomie est “l’art de faire bonne chère”, à savoir de préparer et de déguster un bon repas. S’y intéresser permet de toucher aussi bien à la culture, qu’à la société ou l’économie. La façon de cuisiner ou de s’alimenter est aussi diverse que le sont les humains, même si la mondialisation contribue à uniformiser nos goûts. Depuis 2010, le repas gastronomique des Français est inscrit au patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO. Ce sont d’abord les élites qui ont élévé la gastronomie à un niveau supérieur, avec une nourriture riche en goûts et en couleurs. Le bon repas, élément essentiel des relations sociales, a toujours scellé les alliances ou agrémenté les festivités. Aujourd’hui encore, il est difficile d’envisager de célébrer un heureux événement sans l’associer à des réjouissances alimentaires. Avant d’être cuisinés, certains produits parcourent des milliers de kilomètres, comme les épices, très prisées dans la gastronomie française depuis le Moyen Age. Mais c’est surtout l’âge industriel qui a révolutionné les techniques culinaires: l’apparition des conserves, la réfrigération ou la congélation ont multiplié les possibilités. Autour des “métiers de bouche” gravite enfin tout un secteur d’activités, en amont (production, transport) et en aval (distribution, marketing…) Pour ce dossier consacré à la gastronomie, nous avons interrogé des acteurs qui créent et diffusent les goûts et les couleurs de cet univers, pour le plaisir de tous les gourmands.  Bon appétit!

 

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.