Après le titre Racailles sorti cet été, Kery James livre son nouvel album, Mouhammad Alix, à découvrir  le 30 septembre.  25 ans ont passé depuis ses débuts dans le Rap mais sa voix a encore plus de résonance aujourd’hui.

Tu arrives cette année à tes 25 ans de carrière (ta première apparition discographique sur le titre Ragga Jam tiré du premier album de MC Solaar Qui sème le vent récolte le tempo sorti en 1991). Que reste-t-il de tes premières expériences? Quelles sont celles qui ont été pour toi les plus déterminantes, “qui t’ont forgé”?
On n’arrête jamais d’apprendre, donc l’expérience continue chaque jour. Parmi les choses les plus importantes que j’ai apprises, c’est qu’il faut toujours rester fidèle à ses convictions, tant qu’elles sont justes, et justement la persévérance et la constance finissent un jour par payer.

À la vue du climat social,  un morceau à l’image de 11’’30 contre les lois racistes ne ferait-il pas du bien au Rap français? Car tu serais un des rares à pouvoir fédérer une grande partie des rappeurs, toutes générations confondues.
Il y a Musique Nègre sur mon album avec Youssoupha et Lino qui est une réponse à Henri De Lesquen qui avait déclaré, lorsqu’ils ont éjecté Black M de la commémoration de Verdun, que c’était “la victoire des patriotes contre la musique nègre”. Dans le clip, il y aura une grande partie du Rap français qui apparaîtra. Il est vrai que cela fait longtemps que nous n’avons pas entendu un projet comme 11’’30  car le Rap s’est dépolitisé et que je pourrais fédérer ce type de projet. Si le quart de ce qui se passe aujourd’hui s’était passé il y a quinze ans, les rappeurs auraient bougé et se seraient manifestés. Aujourd’hui, tout le monde est un peu dans le chacun pour soi.

 

“Je suis discriminé en tant que Noir, en tant que banlieusard,en tant que musulman…même en tant que rappeur…”

 

 

 

De Kery B à Mouhammad Alix, de Hardcore à Racailles en passant par Savoir et Vivre Ensemble, on peut définir ton Rap comme engagé, contestataire, ce qui est une des première vocations du Rap après le fait d’être de la musique. Ressens-tu d’abord l’envie de faire de la musique ou de partager tes opinions?
En principe, parler de rap engagé devrait être un pléonasme. C’est comme ça que j’ai connu cette musique, elle est censée être la voix des sans voix et devrait toujours être engagée, ce qui ne veut pas dire que je renie l’égotrip mais ce n’est pas pour moi son sens premier.  Je ne sais pas faire de la musique autrement que ce que je fais, il y a toute une partie de la population française qui n’a pas l’occasion de prendre la parole, j’essaie donc de le faire pour eux, j’utilise le Rap comme un vecteur.
keryjames%e2%88%8ffifou-4
Né aux Abymes, tu es d’origine haïtienne, tu as grandi en France, et c’est l’islam que tu as adopté à l’âge adulte. Ce sont ces identités multiples à contre-pied de ton environnement qui ont construit ta force à représenter ces sans voix.
C’est vrai que tu portes mon attention sur quelque chose que je n’avais pas remarqué auparavant. Mon parcours est vraiment atypique. Qui aurait pu penser que je sois celui que je suis aujourd’hui. Ma mère a voyagé de Haïti en Guadeloupe alors qu’elle était enceinte, ensuite en métropole, c’est ce qui me permet aussi d’accumuler des richesses et de me sentir concerné par plusieurs combats à la fois. Si tu parles de discrimination en France, je suis discriminé en tant que Noir, en tant que banlieusard, en tant que musulman… même en tant que rappeur et tout cela fait qu’il est très peu probable que je fasse une musique qui ne soit pas engagée.

 
Ton discours est toujours d’actualité, mais nous avons pu constater avec le temps que les beaux propos ne suffisaient pas. À titre individuel, tu es engagé dans un rôle social avec la bourse que tu as créée par exemple (ACES – Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir – 2007). Comment entrevois-tu les solutions?
Non seulement les choses n’ont pas changé mais elles se sont empirées. Aujourd’hui la parole raciste en France s’est complètement décomplexée.

 
Il y a un peu plus d’un an, Lino me disait exactement la même chose (LOUPE#5).
Juste avant ton appel, j’ai reçu un mail qui expliquait que le Maire de Béziers se plaignait du fait qu’il y avait trop d’enfants musulmans. Il disait que dans une classe il y avait 91% d’enfants musulmans et parlait d’un seuil de tolérance dans ce pays. Il est maire et peut dire ce qu’il veut. J’insiste sur le fait qu’il ne faut pas confondre la classe politique, les médias et le peuple français. L’intérêt des deux premiers se trouve dans la division, celui du peuple est dans l’unité et la cohésion. Il faut que chacun à son niveau essaie d’apporter sa pierre à l’édifice, je ne crois pas aux politiciens, comme je le dis dans Racailles, je crois au réveil citoyen, à ceux qui font des actions sociales sur le terrain au quotidien, à l’éducation.

 

“Celui qui maîtrise la langue d’un peuple est sauf de ses injustices”

 

 

 

2017 sera l’année des Présidentielles, un nouveau cap dans ton engagement?
Je continue avec ce que je sais faire. Là,  j’ai écris une pièce de théâtre que je vais jouer en 2017 au théâtre du Rond Point. Elle aura un certain écho politique. Je raconte l’histoire de deux futurs avocats qui se retrouvent en finale du concours d’éloquence de La petite conférence et débattent sur la question: “L’Etat est-il seul responsable de la situation actuelle des banlieues en France?” Un jeune Noir (que j’interprète au théâtre) répond non, un jeune Blanc répond oui et fustige l’Etat. J’essaie de prendre à contre-pied les clichés et de poser des questions qui seront sûrement soulevées pendant les présidentielles. Le fil conducteur est le message et j’utilise différents véhicules pour le transporter.

Sur ton album on retrouve Medelin à la prod… Fifou à la photo. Une ambiance Illicite Projet?
Sur mon album précédent (Dernier MC), ils avaient composé le morceau La Mort Qui Va Avec et sur celui-ci, ils ont fait le morceau Pense À Moi. Ils se sont professionnalisés, ils ont toute une équipe avec des musiciens, des chanteurs, ce sont d’ailleurs eux qui m’ont présenté Madame Monsieur.

 
Il y a pour moi deux ambiances qui ressortent vraiment sur l’album. Il y a un côté grand public et les morceaux Rap que l’on ressent vitaux pour toi.
Le fil conducteur c’est le message. Cela ne m’a jamais dérangé de changer la forme, de travailler avec des musiciens, des chorales, pour moi ce n’est pas la forme qui est la plus importante, ce n’est pas ça qui fait Kery James. Quelque soit l’issue, je pense que j’ai livré un gros album et il y en a pour tout le monde, sans que ce soit une compilation.

keryjames%e2%88%8ffifou-5
Tu as tourné hier le clip de Musique Nègre avec Lino et Youssoupha. Pourquoi eux?
Parce qu’il me fallait deux “lyricistes”. Ils ont une belle plume et ont toujours été engagés. Lino a toujours été concerné par la cause noire, et le dernier album de Youssoupha s’appelle Negritude, c’était presque évident.

 
Leila Sy est ta Directrice Artistique depuis une dizaine d’années,  comment expliques-tu cette alchimie?
Déjà, elle a beaucoup de talent. Je pense que c’est un génie de l’image et que n’importe qui travaillant avec elle pourra s’en rendre compte. Elle dira que je lui donne la matière qui lui permet d’exprimer ce génie, mais moi je pense qu’elle pourrait le faire avec quasiment n’importe qui. Ça a été une rencontre très importante pour moi, depuis 2008 elle s’occupe de toute l’image, c’est elle qui a réalisé presque tous mes clips et ce sera aussi la réalisatrice de mon premier long-métrage que j’ai écrit. La pièce de théâtre est basée sur le scénario du long métrage mais sortira avant.

 
Tes morceaux sont toujours caractérisés par cette élocution qui te distingue, avec une diction parfois proche de la poésie. As-tu pris des cours pour apprendre à poser tes textes de façon aussi claire?

En fait, j’ai toujours eu le souci d’être compris. Si l’on prend la parole c’est dans l’objectif d’être compris (rires). J’ai toujours essayé d’avoir une élocution qui soit compréhensible, certains diront que j’abuse un peu mais je ne m’adresse pas qu’à des gens qui savent écouter du Rap et ceux-là auront toujours l’impression que je vais trop vite.

Cette maîtrise de la langue est-elle selon toi un critère de pouvoir dans notre société?
Bien sûr. Un jour, je suis entré dans une boulangerie, je ne sais plus pourquoi le boulanger m’a dit ça mais il m’a parlé en arabe et affirmé que “celui qui maitrise la langue d’un peuple est sauf de ses injustices”.

KERY JAMES
Facebook:  Kery James

par David Dancre
Photos: Fifou

 

keryjames%e2%88%8ffifou-8

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.