Totalement épanoui dans son sport, Keshan incarne la prochaine génération de champions tant par son ambition que par sa rigueur.

Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Keshan Jacoby-Koaly, j’ai 16 ans, je suis né le 6 novembre 1998 à Créteil, j’ai grandi en France et depuis cinq ans je vis en Guadeloupe.

Comment as-tu découvert la boxe?
J’ai découvert la boxe lors d’un stage d’initiation dans un centre de loisirs et on m’a dit que j’avais des aptitudes. Quand je suis arrivé en Guadeloupe, je me suis inscrit dans le club de Petit Bourg. J’avais 12 ans et j’étais un élève très bagarreur, j’aimais me confronter aux autres. C’était donc un sport fait pour moi.

Pourquoi la boxe anglaise?
Au début je voulais faire du Kick Boxing mais il n’y avait pas de club aux alentours. Mais j’aime bien utiliser mes poings, cette adrénaline avant les combats, le fait de me défouler me calme. J’arrive aujourd’hui à me canaliser et gérer des situations qu’auparavant je n’aurais pas réussi à gérer.

 
Quel a été ton  parcours?
J’ai commencé avec Olivier Fiston mon premier coach, il m’a donné toutes les bases de la boxe, après j’ai changé de club pour celui des Abymes afin de pouvoir participer aux Championnats de France. J’ai fait beaucoup de sacrifices, quand mes copains sortaient moi je ne pouvais pas, je devais surveiller mon alimentation, me coucher tôt… Au début c’était dur, mais je m’y suis habitué.
Keshan 1
A quel âge as-tu effectué ton premier combat?
C’était à 12 ans, contre un Guyanais au Gosier et j’ai gagné.

Quel est le format des combats à ton âge?
J’ai commencé à boxer en trois fois deux minutes, je suis passé en catégorie junior et là je boxe en trois fois trois minutes, c’est largement plus dur. Mais j’ai pris de la force et je suis bien présent.

 
Est-ce que vous arrivez à vous connaître ou nouer des relations entre combattants?
Oui, car avant les Championnats de France on participe à des stages organisés pour tous les boxeurs. Ceux que je vais rencontrer lors des championnats de France ce sont des amis. Sur le ring, on oublie cela, les autres boxeurs ont aussi beaucoup d’adversité.

 

“…je suis le dernier Guadeloupéen qui peut remporter un titre, j’ai un peu la pression “du pays”

 

 
Tu es devenu Champion de France. Comment cela s’est-il passé?
J’ai dû perdre du poids pour boxer dans la catégorie dans laquelle on m’avait inscrit, j’ai eu un régime très dur, mon repas du midi c’étaient des barres de céréales! Le championnat se déroulait comme un tournoi, j’ai fait plusieurs combats et j’ai gagné la finale contre un garçon de Lyon.
600562_356645934458052_922153341_n[1]
Tu es 1er Boxeur à intégrer le Creps Antilles-Guyane. Qu’est-ce que cela représente pour toi?
J’étais le premier boxeur l’an dernier mais depuis il y en a deux autres, un en boxe française et un autre en boxe anglaise. Je suis très fier et j’espère ouvrir la voie aux autres. J’ai la pression mais je me dis que si j’ai été le premier boxeur à intégrer le Creps ce n’est pas pour rien, je suis donc confiant.

Comment se déroulent les cours?
Ils sont aménagés en fonction de notre activité sportive. Il faut être à la fois concentré sur le sport mais aussi sur l’école, il nous faut de bons résultats scolaires. Une journée commence à 8h, les cours se déroulent jusqu’à midi, puis on nous laisse une petite pause, nous avons un foyer aménagé pour nous détendre. A 14 h il y a l’étude, deux heures pour apprendre nos leçons et faire nos devoirs, puis à partir de 16h les entrainements commencent jusqu’à 20/21 heures généralement.

Tu es amené à fréquenter des sportifs très divers au sein du CREPS, partagez-vous vos passions, vos aspirations?
Dans notre classe nous sommes très solidaires, à chaque fois qu’un camarade a une compétition, on s’organise pour aller le supporter. On a cet esprit au CREPS même si l’on pratique des sports différents, on essaye aussi l’activité que pratique un camarade pour ressentir les sensations que cela lui procure. On s’entend très bien malgré nos différences.

CHAMPIONNAT DE FRANCE 2014 KESHAN
Tu vas participer au Gala du 25 avril qui aura lieu au Palais des sports du Gosier, comment se déroule ta préparation? Est-elle différente si il n’y a pas de «titre» en jeu?
Pour l’instant mon prochain objectif ce sont les Championnats de France en avril. Ma préparation va se faire à l’INSEPS, je pars pour environ trois semaines. On va bien me préparer là-bas et je vais tourner dans les clubs alentours. Mes coéquipiers en senior ont tous perdu lors des championnats en quart ou en huitièmes de finale, donc je suis le dernier Guadeloupéen qui peut remporter un titre, j’ai un peu la pression « du pays »…

Qui est ton boxeur favori?
Roy Jones a une technique exceptionnelle, il se déplace vite et frappe fort, c’est vraiment un excellent boxeur. Mohamed Ali par rapport à ses esquives et Mike Tyson pour sa puissance.

Tu as rencontré Jean-Marc Mormeck l’année dernière, que représente-il pour toi?
Je l’ai rencontre en 2012 pendant un gala où j’avais perdu. Il est venu me voir et m’a dit que j’étais un très bon boxeur et que j’irais loin. Brahim Asloum aussi, je l’ai rencontré et il m’a donné des conseils qui me sont très utiles aujourd’hui.
Loupe_5web
Quels sont les autres sports que tu pratiques?
Je pratique de l’athlétisme et de la natation pour mon entrainement.

Tu as des sponsors?
Oui, Bobol, la nouvelle marque de sport guadeloupéenne me fournit mon équipement, mes peignoirs pour rentrer sur le ring. J’ai aussi Jogger’s sport pour les chaussures. La région m’aide pour mes voyages.

Quels sont tes objectifs?
J’aimerais bien aller aux championnats d’Europe puis aux Jeux Olympiques mais cela fait loin (2022! parce que pour l’instant je suis trop jeune). Il faut d’abord que je reprenne mon titre de Champion de France pour me faire remarquer par les entraineurs et être sélectionné pour les championnats d’Europe.

KESHAN JACOBY-KOALY
Contact: 06.90.811.038
E-Mail : pjk26@msn.com

 

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.