La création est universelle et évolutive, elle s’exprime dans l’art pour retranscrire le mal-être de ses instigateurs. Ces écorchés vifs, doués d’une sensibilité décalée, déstabilisent nos acquis dans une ébullition de diversité et d’émotions. Les artistes sont des esprits libres qui expriment la contrainte de leur temps par des codes souvent incompris de leur vivant ou par très peu. La musique accompagne les époques et ses paroles les déterminent. La langue française est un puits d’inspirations pour tous ceux qui savent la manier avec dexterité,  selon  une personnalité qui leur est propre. La culture urbaine a toujours fait peur à la société qui la rejette plutôt que d’essayer de la comprendre, alors que sa raison d’être constitue l’un des flambeaux de la liberté d’expression.
Cette liberté d’expression permet d’établir un constat, une fiction, mais n’est pas obligatoirement contestataire dans sa forme, elle peut être de l’ordre de la compétition inter-générationnelle pour définir qui est le plus talentueux, le plus populaire ou le plus adapté. Cet exercice est voué à déterminer l’identité artistique de chacun et son impact sur le public. Mais toute cette approche demeure subjective pour déterminer la maîtrise d’un art qui est en permanente évolution. Nous sommes donc allés à la rencontre de Booba,  Admiral T, Lino, Neg’Marrons, Keros-N et K-Reen afin de rendre intelligible leur univers respectif et de mieux appréhender leur art. Le talent est rare et c’est ce qui le rend précieux, le comprendre est une nécessité culturelle. Musique.

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.