Plusieurs fois médaillé pour ses performances sportives, cet éducateur transmet les valeurs fondamentales communes à tous les amateurs du nautisme. En loisir ou en compétition, l’eau demeure un élément naturel à l’égard duquel respect et humilité sont primordiaux.

Comment as-tu découvert le kayak? A quel âge as-tu commencé?
Mon père pratiquait le canoë en rivière donc naturellement dès mon plus jeune âge j’ai commencé à naviguer durant les vacances. J’ai débuté la compétition en kayak à 15 ans.

Tu pratiques également le paddle?
Oui, en effet, depuis deux ans, je pratique le Paddle de race. J’en avais assez de rester assis!

Et d’autres sports nautiques?
Depuis quelques mois, je pratique l’outrigger (la  pirogue avec un gouvernail),  c’est le parfait lien entre le surfski et le Paddle.

 

“Notre activité entretient un lien fort avec la nature, les éléments. En pratiquant, tu te sens vraiment vivant.”

 

 

Quels sont tes titres actuels? Lequel a été le plus marquant et pourquoi?
J’ai été quatre fois champion de France en surfski et dans le Top 20 mondial;  deux fois finaliste aux championnats panaméricains de kayak de vitesse sur le 1000 mètres ; Quatrième lors de la Coupe du Monde Junior de kayak de descente. En Sup (Stand up paddle, ndlr), vice-champion du monde Bic One design et vainqueur de la Coupe de France. J’ai décroché la quatrième place lors du 11 City Tour en Hollande (course à étapes de 220 km). Le plus marquant pour moi, ce n’est pas l’un de ces résultats mais la traversée entre  Marie-Galante et le Gosier en 1999 en kayak. À l’époque, le kayak n’était pas très développé ni connu en Guadeloupe. Quand  j’ai annoncé que j’allais faire cette traversée, très peu de gens croyaient en ce projet.  Je garde le souvenir de mon arrivée au large de l’îlet Gosier, du soleil couchant sur les bateaux. Les médias sont venus à ma rencontre pour m’accompagner jusqu’à la Marina. C’est un beau moment gravé dans ma mémoire.

photo 4
Quelles sont les sensations que te procure la pratique de ces sports?
Les sensations de glisse et de vitesse. Notre activité entretient un lien fort avec la nature, les éléments. En pratiquant, tu te sens vraiment vivant.

Quel est ton rapport avec la mer?
Essentiel, vital !!!

Vis-tu de la pratique de ces sports?
Non, l’océan racing Paddle ne permet pas de vivre de son sport. J’ai quelques partenaires pour mon matériel mais cela s’arrête là. Je suis professeur d’EPS au Creps Antilles – Guyane.

Lorsque tu pratiques à haut niveau, tu es obligé de voyager pour les compétitions et t’entraîner. Comment gères-tu ces déplacements permanents? Prends-tu le temps de voyager juste pour le plaisir ou avec ta famille?
Ce n’est pas toujours simple d’allier passion sportive, vie de famille et professionnelle, un savant équilibre à trouver! De nombreuses épreuves se déroulent sur des sites exceptionnels donc j’essaie toujours d’en profiter pour découvrir le pays et dès que c’est possible de partager cela en famille.

photo 1
Quelles sont les difficultés que tu peux rencontrer dans ton activité?
Pouvoir se déplacer pour participer à des épreuves majeures.

La Guadeloupe cultive la relève dans le nautisme. Ressens-tu une responsabilité vis-à-vis de la jeunesse?
C’est le cœur de mon métier au Creps : aider les jeunes sportifs à réussir le double projet scolarité et sport de haut niveau, favoriser le développement du nautisme en Guadeloupe. Depuis deux ans, je m’occupe de la préparation physique des skippers de la formation Guadeloupe Grand Large (à l’initiative du Conseil Régional).

 

“… le paddle véhicule des valeurs communes à tous les sports: dépassement de soi, respect des autres, partage…”

 

 

Quels sont pour toi les dangers lorsque tu pratiques? Ta plus grande frayeur?
Sous-estimer les risques et surestimer son niveau!

Quelles sont pour toi les valeurs que véhicule le paddle ou le kayak? Te considères-tu plus pratiquant libre ou compétiteur?
D’une façon globale, l’océan racing paddle est un sport qui véhicule des valeurs communes à tous les sports : dépassement de soi, respect des autres, partage, entraide. Mais aussi des valeurs tout autant importantes comme le respect de l’environnement, de la nature. Le stand up paddle serait même chargé d’une valeur spirituelle qui attire beaucoup de monde : marcher sur l’eau! En général, je n’aime pas trop mettre les choses dans des catégories mais je pense que ce qui me caractérise, c’est de prendre du plaisir à naviguer sur différents supports (kayak, surfski, Sup,outrigger) en mer, en rivière ou en lac.

As-tu des modèles?
Je n’ai pas un modèle ou des modèles particuliers. Par contre, peut-être par déformation professionnelle, je m’intéresse toujours au parcours de vie des grands sportifs.

photo 5
Quel est ton plus beau spot en Guadeloupe?
Pour pagayer, sans hésitation: la Pointe des Châteaux par fortes conditions.

Et dans le monde?
Le Cap en Afrique du Sud.

Quels sont tes prochains objectifs?
J’ai plusieurs projets en tête sur les différents supports. L’horloge tourne et j’ai envie de prendre du temps pour participer aux grandes longues distances légendaires à Hawaii et en Australie.

FRANCK FIFILS
E-mail : franck.fifils@yahoo.fr

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.