Arrivé il y a un an au salon Cat’s Eyes à Sainte Anne, Toutan s’est déjà fait un nom en Guadeloupe avec un panel impressionnant de réalisations toutes plus originales les unes que les autres.

Quel a été ton premier contact avec le tatouage?
Je pense que c’est toujours la même histoire, il y a un ami qui avait un pote qui avait un pote qui tatouait. Je l’ai appellé et il m’a fait un tatou. Ça m’a plu et je me suis acheté mon matos. Mais c’était il y a 25 ans et à l’époque il fallait montrer patte blanche pour l’acquérir. Ensuite j’ai enchainé, je me suis fait mon premier tatou sur moi et ensuite je suis allé voir les gitans, les mecs tatoués et voilà.

Tu avais déjà un talent pour le dessin ou tu t’es découvert avec le tatouage?
Je fais des B.D. (Bandes Dessinées) depuis l’âge de douze ans mais je n’aime pas le mot talent. Pour moi si tu t’entraines dans une discipline, tu peux y exceler. Il y a des gens qui naissent avec la possibilité de faire mieux que les autres mais encore une fois tout est une question de gout. Il ne faut surtout pas écouter les gens qui vont dire que c’est magnifique des le début alors qu’ils n’ont aucune objectivité sur le sujet. Moi je faisais mes dessins et une fois que j’étais satisfait, je les jetais. Je ne garde presque rien de ce que je réalise.

C’est paradoxal puisque le tatouage est  par essence quelque chose qui reste (au moins le temps d’une vie)?
C’est différent. Ca m’a plus tout simplement. Avant il n’y avait pas toutes les techniques de maintenant. Personne ne m’a jamais rien montré, je n’y connaissais rien du tout. Je dessinais avec mon stylo pourri sur les gens et j’attaquais directement. J’ai été mon premier cobaye et j’ai trouvé ca tellement génial, que par la suite j’ai passé mon temps à dessiner pour améliorer mes techniques. Je regardais les magazines pour voir comment il fallait souder les aiguilles… Oui parce que nous devions les souder nous-mêmes. Tu n’achetais pas ton dermographe tout fait.

 

 

“Ici nous pouvons faire un tatouage à 60€ ou 4000€. Ce n’est pas le prix qui est important. C’est le tatouage”

 

 

 

Et donc tu t’es installé immédiatement?
Non, j’ai attendu trois ans afin d’ouvrir mon premier «Shop» dans les Alpes de Provence dans un petit patelin de 4000 habitants et ça a super bien fonctionné. Ensuite pour des raisons personnelles j’ai du arrêter et j’ai repris un an après.
1623580_658866057506941_464112669_n
Le diplôme de l’hygiène n’était pas encore une obligation?
Non mais j’ai toujours travaillé avec des gants dans une recherche de propreté. Je prenais des conseils auprès de médecins afin de travailler le plus proprement possible car j’ai une réelle phobie des maladies.

Est-ce que tu dessines tout ce que tu tatoues?
Soit je le dessine, soit je le travaille sur Photoshop. Il y a des clients qui préféreraient que je dessine tout, mais j’ai une vie après le tatouage. J’ai consacré assez de temps et bousillé assez de choses ne plus avoir à prouver que je sais dessiner donc lorsque je fais du réalisme (comme le Gorille par exemple) et bien je travaille tout sur Photoshop. Ça me fait gagner entre 10 et 15 heures. Ce qui est loin d’être négligeable et de plus me permet d’avoir plus de détails. Parce que quand tu prends une photo que tu en fais un dessin et qu’ensuite tu le reproduis encore pour le tatouage, il y a forcément de la perte de détails.

Et ce gain de temps et de qualité permet aussi d’avoir des tarifs plus raisonnables pour un travail plus précis…
Ici nous pouvons aussi bien faire un tatouage à 60€ qu’à 4000€,. Ce n’est pas le prix qui est important,. C’est le tatouage. Mais parfois pour un tatouage à 60€ ou 100€ tu peux passer 4 heures. Ce n’est même pas le SMIC au final et même si tu te fais plaisir dans ce que tu fais tu ne peux tout simplement pas te le permettre.
580362_498652490194966_1618060217_n
Chaque tatoueur a sa touche, quelle est la tienne?
J’aime tout, donc je fais tout. Lettrages, portraits, paysages, même si il est clair que le réalisme est mon domaine de prédilection. Un tatouage c’est un tatouage. Certes ça s’est démocratisé et tant mieux, mais les gens viennent pour avoir quelque chose. Et que l’on fasse un signe de l’infini 15 fois dans la journée ou pas, c’est notre travail. Ce serait comme la baguette du boulanger… Notre travail consiste aussi à montrer aux gens qu’il y a autre chose. Il y en qui ne sont pas réceptifs et d’autres qui le sont et ceux-là j’essaie de les amener vers autre chose.

Tu travailles beaucoup avec les couleurs également
J‘adore les couleurs, et encore une fois j’aime aussi le noir et blanc, mais ce sont deux approches différentes. Avec les couleurs le tatouage prend une autre dimension. Si la personne est trop mate, j’évite de lui faire des couleurs parce que ça ne “pète” pas autant. On ne tatoue pas pareil une peau noire et une peau blanche. Si les motifs sont les mêmes, il y a des techniques différentes pour les mettre en valeur selon la peau. Je ne ferai pas un petit tatouage sur une peau noire qui ne se verra pas. C’est complètement débile. Pour moi ce serait voler le client.

Il y a une pédagogie psychologique en plus.
Oui tout à fait. Il faut bien prévenir les gens de l’image qu’ils vont donner d’eux, car dans tous les cas elle sera forcément différente. A chaque fois que je prends l’avion pour aller dans un autre pays je passe deux heures aux douanes, car pour eux avec mes tatouages, ma coupe de cheveux, mes piercings, je rapporte de la drogue où je ne sais quoi. C’est systématique… A part au Japon ou je suis passé tranquillement sans apriori.

316602_243911039002447_921659400_n
Il y a donc toujours des clichés malgré la démocratisation du tatouage?
Il est clair que même un officier de police aux Etats Unis qui serait plus tatoué que moi serait susceptible de m’arrêter par rapport à ces mêmes clichés. Alors que je ne consomme aucune drogue par exemple.

Quels genres de travail pourrais-tu refuser?
Le travail en lui-même aucun je pense, c’est plus le rapport avec le client. Si il y en a un qui refuse de payer ce qu’il faut pour un travail alors qu’il a des Nike que je ne me paierai jamais de ma vie. Tu t’offres un bijou à vie donc tu mets les moyens. Ici nous sommes un salon de passionnés, donc si tu viens nous voir pour marchander autant rester chez toi. Chacun d’entre nous va donner le meilleur de lui-même à travers son travail…

Que penses-tu de ceux qui tatouent à la dent de requin ou à l’aiguille?
Moi je n’aime pas. Pour une question de vieillissement, d’hygiène. Je vis avec mon époque et dans cette optique je me mets à la recherche des meilleures aiguilles, des meilleures encres, couleurs… Donc je n’aime pas ce coté « artisanal traditionnel ». Ceux qui veulent se faire tatouer à la dent de requin doivent se rendre compte que ce sera la même dent pour tout le monde, et si en plus ils sont véganes (contre le fait de tuer des animaux,  ndlr) alors là c’est le paroxysme de la contradiction. En ce moment en métropole il y a une folie de se faire tatouer à l’ancienne avec du point par point. Mais c’est très moche. Tu as 20 ans, tu bousilles ton corps avec des tatouages pourris sous prétexte que tu es contre la société ou je ne sais quelle merde.  C’est pour cela que je n’ai pas beaucoup de potes tatoueur,s je reste très en retrait du milieu. Nous vivons dans un monde moderne et il faut le suivre.

CAT’S EYES
Section Galbas – 97180 Sainte-Anne
Du mardi au samedi de 10 à 18H.
Tel : 05.90.83.62.24 / E-mail: catseyestatoo@msn.com

Facebook Officiel: Cat’s Eyes Tattoo-Piercing, Guadeloupe.

Partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.